Le shock loss est un effet temporaire qui survient après l’opération de la greffe de cheveux, il est dû principalement au traumatisme tissulaire provenant de la chirurgie capillaire et au processus de la cicatrisation. Après avoir prélever les unités folliculaires, ils vont rester quelques heures à l’extérieure et par conséquent, ils vont devenir plus faibles, ce qui explique la chute des cheveux transplantés, cependant le patient ne doit pas s’inquiéter parce que les racines resteront à l’intérieure de la peau. Il s’agit d’une perte provisoire des cheveux qui existent déjà au niveau de la zone receveuse et la zone donneuse, habituellement il prend une durée de 3 semaines après la chirurgie et à partir du troisième mois postopératoire les cheveux vont commencer à repousser progressivement. Le shock loss survient plus fréquemment chez les femmes que chez les hommes, cependant il existe des mesures préconisées essentiellement pour atténuer l’intensité de cet effet à savoir le MINOXIDIL qui a prouvé son efficacité par rapport à cette perte temporaire.

Le shock loss dans la zone donneuse

Le shock loss au niveau de la zone donneuse est une perte de cheveux induite par l’extraction et le détachement des unités folliculaires des capillaires sanguines qui sont responsables de l’apport d’oxygène, ceci va être considéré comme un choc pour les cheveux avoisinants, il s’agit donc d’une chute de cheveux réactionnelle, cet effet sera augmenté si le prélèvement des unités folliculaires s’est effectué à proximité d’une cicatrice préexistante dans le cuir chevelu ou bien en cas d’une section accidentelle d’un faisceau vasculaire lors de prélèvement des greffons. Le shock loss se produit au court des 3 semaines post-greffe.

Le shock loss dans la zone receveuse

Le shock loss dans la zone receveuse est une réaction des cheveux existants envers l’ouverture des canaux réalisés dans le but de réimplanter les unités folliculaires extraites, il touche fréquemment les patients qui ont des cheveux miniaturisés. La perturbation vasculaire au moment de l’intervention chirurgicale peut engendrer aussi cette réaction du shock loss, il est prouvé également que l’œdème postopératoire peut entrainer une insuffisance d’alimentation tissulaire en oxygène et donc une perte de cheveux au niveau de cette zone, le patient ne doit pas s’inquiéter parce que les cheveux repousseront immédiatement après la fin de cet effet et continueront à pousser au fil de temps

Le shock loss après la technique de FUE

Le *FUE* est une technique qui a apporté une grande innovation au domaine de la greffe de cheveux, c’est une méthode atraumatique qui ne provoque pas une cicatrice linéaire telle que celle de la technique FUT, grâce à l’extraction individuelle des unités folliculaires. Le risque de shockloss après la technique de FUE sera faible si le médecin a réalisé la procédure d’une manière correcte et en utilisant un matériel de haute qualité. L’extraction des unités folliculaires doit être effectuée à l’aide d’un micromoteur qui rend la procédure plus facile et avec moins de complications, cependant si le médecin tente de prélever un grand nombre des unités folliculaires ou bien il a choisi une mauvaise zone pour les extraire, il sera possible d’engendrer une miniaturisation des cheveux avoisinants mais aussi un shockloss postopératoire.

Le MINOXIDIL et le shock loss

Le MINOXIDIL est un traitement qui a prouvé son utilité à atténuer l’intensité du shockloss après l’opération de la greffe de cheveux, en outre il accélère significativement la croissance des cheveux. La plupart des médecins prescrivent fréquemment le MINIXIDIL après la chirurgie capillaire en raison de son caractère vasodilatateur qui permet la facilité d’alimentation des unités folliculaires en oxygène et en nutriments essentiels pour la croissance, le MINOXIDIL prolonge également la durée de vie des cheveux, pourtant le patient ne doit pas l’utiliser sans prescription médical.

Le finastéride peut être adopté également par les patients de sexe masculin, si le médecin le prescrit parce qu’il a un impact positif sur la repousse des follicules pileux et sur l’augmentation de l’épaisseur des cheveux.

Que faire pendant la période de *shock-loss*

On ne peut pas nier que le processus de shock-loss est stressant pour le patient qui s’inquiète, se décourage et croit que l’intervention de greffe n’a pas réussi, nous conseillons le patient de ne pas paniquer et de vivre cette période d’une façon normale et un bon résultat va être observé sans doute parce que les racines sont encore en place et prêtes à faire renaitre des nouveaux cheveux dans les mois suivants malgré cette chute. Le patient doit suivre attentivement les consignes du médecin tout au long de la période de shockloss ainsi ne pas improviser des traitements ou suivre les conseils des gens qui n’ont pas un savoir dans ce domaine parce que cela ne peut que nuire aux résultats attendus de la transplantation.

Le mode de vie sain : il est recommandé d’éviter l’alcool et le tabac quelques semaines avant et après l’opération de la greffe de cheveux, parce qu’ils augmentent la gravité du shock loss en entravant la circulation sanguine et donc un déficit d’oxygénation et d’alimentation des tissus contenant les cheveux.

La bonne alimentation : le patient doit adopter un régime alimentaire sain et riche en vitamines et en fer afin de prolonger la durée de vie des cheveux.

Les compléments alimentaires : le médecin peut prescrire des compliments alimentaires à base du fer, zinc, biotine et le cuivre qui aident à nourrir et à stimuler la croissance des cheveux.

Le PRP : le traitement PRP est dérivé du sang prélevé du patient lui-même, il est centrifugé et injecté par la suite dans son cuir chevelu. Le plasma contient des facteurs de croissances responsables essentiellement de la stimulation de la repousse des cheveux et la prolongation de la durée d’existence des follicules pileux en augmentant la phase d’anagène du cycle des cheveux.

Le bien suivi des recommandations du médecin surtout celles qui concernent la prévention d’œdème postopératoire. L’enflure est considérée parmi les facteurs engendrant l’effet du shockloss, du fait de son pouvoir à entraver la vascularisation de cuir chevelu. Le respect des mesures hygiéniques est tout aussi important pour atténuer la gravité du shock loss.

Les autres causes de la chute postopératoire des cheveux

En dehors de shock loss, les cheveux transplantés peuvent tomber également à la suite d’un traumatisme postopératoire, la chose qui peut engendrer des dommages irréparables au niveau de la zone receveuse en raison de la perte des greffons réimplantés, il est conseillé au patient de porter une attention particulière et de suivre les consignes et le protocole post-opératoire durant le premier mois.

La chute des cheveux dû au cycle pilaire est un processus normal qui survient tout au long de la vie et qui ne nécessite pas une inquiétude de la part du patient parce que les cheveux continueront à repousser, ce cycle est composé de 3 phases. L’anagène, la télogène et la catagène.

La chute est tout à fait normale en cas de shockloss et le cycle de vie des cheveux, cela va conduire par la suite à une croissance saine des cheveux au futur, mais en cas de perte à cause d’un traumatisme au cours du premier mois post-greffe les dommages seront irréparables.

La chute due au cycle de vie du cheveu

Le cycle de vie du cheveu est un processus génétiquement programmé pour le renouvèlement des follicules pileux. Chaque unité folliculaire traverse ce cycle 20 fois, dont chaque cycle contient trois phases qui sont :

L’anagène : ou la phase de croissance, elle prend une durée de 3 à 10 ans, dans cette phase les cheveux commencent à pousser progressivement jusqu’à ce qu’ils atteignent la longueur maximale qu’ils le pourraient.

La catagène : elle commence après la fin de la phase d’anagène et elle dure 2 à 3 semaines, les cheveux dans cette phase terminent sa croissance tout en restant à l’intérieure de l’épiderme

La télogène : dans cette phase les cheveux sont endormis au début, puis ils tombent par la suite, elle est toujours suivie par la phase d’anagène et elle dure généralement entre 3 à 4 mois.

La chute due à un traumatisme

On doit savoir que les cheveux greffés ne résistent dans le cuir chevelu qu’après le premier mois postopératoire, c’est pour cela il est nécessaire d’accorder une attention particulière au cours du premier mois afin d’éviter le délogement des unités folliculaires transplantées ou bien l’apparition de l’ecchymose qui peut bloquer l’alimentation des racines pileux. Si le patient a eu une certaine collision à sa tête ou bien un traumatisme il devrait contacter immédiatement son médecin.

Conseils pour éviter ou réduire la perte des cheveux

En guise de conclusion, nous vous présentons une liste des conseils à suivre afin de déminuer la chute post-greffe :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *